Face au déplacement de la demande vers les pays émergents et au renforcement de la concurrence et de la réglementation, les entreprises industrielles doivent réagir. Dans ce contexte, les activités de développement produits et processus doivent devenir globales, plus efficaces et créer plus de valeur. L’efficacité de la collaboration, de la gestion des données et de la complexité sont des facteurs essentiels pour qui veut surmonter ce défi. Le management du cycle de vie des produits (PLM, ou Product Lifecycle Management) supporte les entreprises pour faire face à ces nouveaux challenges.

La démarche PLM consiste à capitaliser toutes les informations relatives à un produit industriel. Le PLM se définit comme l’ensemble des processus, des compétences et des outils qui permettent à une entreprise d’innover et de gérer ses produits et ses offres de services de manière optimale. Cette approche couvre l’intégralité du cycle de vie, depuis le concept initial jusqu’au recyclage dans un environnement collaboratif, en passant par tous les métiers de l’entreprise et les partenaires externes : clients, sous-traitants, fournisseurs, etc.

En outre, elle permet aux différents métiers de l’entreprise, de la production jusqu’à la vente, de partager les connaissances tout au long des différentes étapes du cycle de vie du produit (conception, fabrication, stockage, transport, vente, service après-vente, recyclage).

plm-schema-2

Coûts, qualité, délais : le PLM contribue à la compétitivité d’une entreprise

Les avantages de l’approche PLM peuvent être analysés selon 3 axes :

  • Qualité : l’approche PLM permet de réduire les coûts de non-conformité et de garantie, et de minimiser le risque d’erreur lié aux multiples saisies de données ;
  • Délais : le PLM permet de réduire les activités de reprise et les changements grâce à une meilleure cohérence des données. De plus, elle permet d’améliorer les délais grâce à la (ré)utilisation planifiée de briques prêtes à l’intégration, ainsi que grâce au suivi et à la surveillance des tâches ;
  • Coûts : l’approche permet d’optimiser les processus (modélisés, validés et partagés), de réduire les activités de recherche et gestion de données, de minimiser les coûts de reprise (achats, fabrication et transport) et d’éliminer les pénalités de retard.

Plusieurs domaines seront couverts par le PLM pour satisfaire la stratégie de la société

Un groupe de sociétés couvrant des secteurs aussi divers que le ferroviaire, l’automobile, la construction navale, l’armement, l’aérospatiale et l’énergie, a identifié des domaines qui devraient être couverts par un projet PLM afin de répondre à la stratégie d’entreprise : Pour chacun de ces domaines, des best practices ont été identifiées :

  • Gestion de configuration : Un processus unique de gestion de configuration pour accroître le pilotage des activités de conception, de bout en bout à travers les métiers et les sites. Tous les bureaux d’études doivent travailler sur le même « produit » en même temps ;
  • Ingénierie système ou architecture physique générée à partir des exigences fonctionnelles:
    • La conception étant axée sur les besoins du client plutôt que sur les solutions techniques existantes, l’innovation est facilitée ;
    • La maintenance et entretien sont inclus dans la phase de conception, ce qui augmente la valeur totale du produit et du service ;
    • La conception du produit est gérée au bon niveau de granularité afin d’améliorer la réutilisation et de minimiser les coûts récurrents d’instanciation sur les projets (gestion de plate-forme/des actifs de produits).
  • Collaboration ou mise en place de bases de données partagées dans certaines conditions de confidentialité et de contrôle de la sécurité, en interne et en externe (partenaires, fournisseurs, clients …) :
    • La conception est partagée entre plusieurs bureaux d’études, en Europe, Amérique, Asie, etc. ;
    • Les transferts d’industrialisation entre les sites sont facilités ;
    • La communication avec l’extérieur est rendue efficace par « l’entreprise étendue ».
  • Acquisition et gestion des connaissances : partage de la connaissance des produits à travers l’entreprise, sur les données des produits en fonctionnement afin d’améliorer la valeur des produits, d’optimiser la maintenance, de proposer de nouveaux services et de nouveaux business models.

Dans la plupart des cas, l’approche PLM sera gérée dans le cadre de la stratégie d’entreprise pour garantir son succès

La partie la plus difficile d’un projet PLM est la capacité à converger vers une cible PLM solide et durable. Pour en tirer les avantages, chaque entreprise doit clairement définir les objectifs du projet PLM, et aligner les principales parties prenantes sur la vision.

Selon les entreprises, le PLM peut faire partie de la stratégie d’entreprise, surtout lorsque :

  • un événement majeur est à l’origine d’une refonte de l’organisation ;
  • un écart est constaté par rapport à la concurrence ou au marché ;
  • l’entreprise se développe dans de nouveaux domaines nécessitant la remise en question de ses moyens de développement, de production et de support.

Dans certaines situations, le PLM devrait faire partie de la stratégie de l’entreprise, mais opérationnellement, la démarche est uniquement déclinée comme un « simple » outil. Dans ces cas, les impacts ne sont pas analysés et sont largement sous-estimés : cela représente un risque de défaillance majeure avec perte de temps et d’argent.

Le succès d’un projet PLM passe par plusieurs étapes et est mesuré par le niveau de l’impact dans l’entreprise :

Les phases de « Construction » et de « Déploiement » sont  la mise en œuvre opérationnelle des premières phases.

La première étape (« Évaluation & Cadrage ») est un facteur clé de succès d’un projet PLM. Au cours de cette phase, la vision, les objectifs et les enjeux de l’entreprise sont clairement évalués. Le projet PLM sera aligné sur ces objectifs dès ce stade amont. Pendant la phase de « Conception », la situation actuelle et les besoins – pour atteindre les objectifs – sont analysés en détail. Ensuite, les exigences sont analysées et hiérarchisées selon un plan à moyen et long terme. Enfin, l’analyse d’impact (sur les processus et les données connexes) et le plan de changement sont mis en œuvre.

L’approche PLM est le prochain défi majeur pour les industries

Au cœur de la Stratégie Numérique d’une entreprise, le PLM demeure un défi majeur pour l’industrie tout en offrant encore plus de potentiel aujourd’hui qu’auparavant. Du marketing à l’ingénierie, en passant par la production et le soutien opérationnel, le PLM est le moteur stratégique pour la création, le partage et la gestion des informations et des processus à travers l’écosystème de l’entreprise. La démarche doit être considérée comme un moyen unique, fiable et cohérent de définir des produits et des processus pour toutes les activités d’une entreprise. Le PLM n’est pas seulement une question de logiciel et de réseau, c’est principalement une question stratégique. Son impact sur le changement culturel et organisationnel est puissant. Le succès et l’atteinte des objectifs d’un projet PLM est avant tout un défi humain.